24 heures à Jerico

Condensé gaieté&couleurs

le 01/05/2020

Tous à la maison, épisode 2.
Mais où trouver des influences indiennes, espagnoles et africaines en même temps ?
Le tout joyeusement mêlé pour donner vie à une palette d’expériences et de surprises…..

Commençons justement la journée avec de la littérature latino-américaine, riche, dynamique et qui est dignement représentée par le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez (ci-dessus deux de ses oeuvres les plus lues). Une partie de l’œuvre de cet auteur colombien traite du «fantastique» et nous pousse à nous évader dans ces pays de langue espagnole.

Jamais sans mon café ! Un des meilleurs au monde. Vous le savez certainement, sa consommation est légende en Colombie : noir, tinto, ou avec du lait, c’est à toute heure, à la cuisine ou au salon, en attendant de le retrouver à tous les coins de rue dans son petit gobelet.

“Qu’est ce qu’on mange ? “
Des “tamales” : les papillotes inspirées de la cuisine amérindienne préhispanique. La base de cette spécialité culinaire est la farine de maïs ou de riz à laquelle on mêle viande et légumes, pomme de terre, carottes et fines herbes pour un goût unique. Le tout se love dans une feuille de bananier ou d’épi de maïs. Pour conserver cette saveur fumée si particulière, la préparation est cuisinée à la vapeur. Amusez-vous à les décliner à votre façon. Ici c’est le ptidèj’ de certains, enfin le deuxième, parce que le matin au réveil, ça peut-être un challenge……

Ce matin on se relaxe, en se prélassant, telle une oeuvre de Fernando Botero. Il a en effet représenté la société Colombienne dans chacune de ses œuvres, à travers une critique sociale – miroir de la situation de son pays à l’époque de ses créations, peintures ou sculptures. Attention, le Maestro n’aime pas le terme “gros” mais plutôt “volumétrique”. Le volume est chez lui “une exaltation de la vie, de la sensualité”.
Il faut cependant se bouger un peu et pourquoi pas le faire au son de Yuri Buenaventurale plus francophile des colombiens. et de sa salsa endiablée. Salsa, mais aussi le Merengue, éloge des empruntes européennes, aborigènes et africaines, le Reggaetón avec ses artistes de reconnaissance mondiale, le Tango bien sûr ou encore la musique Andine, chacune possédant presque toute son festival. La Cumbia quand à elle, intègre le patrimoine culturel immatériel de la Colombie et rythme les folles nuits du pays.

Il est à noter que la Colombie – proche de l’Équateur – n’a pas de saison. Par extension, le soleil a peu de variation entre lever et coucher tout au long de l’année. N’en oubliez pas pour autant le déjeuner, composé d’une très grande variété de fruits et de légumes généreusement produits par la nature toute l’année.

Et d’ailleurs ici la banane est un légume! Prenez-vous au jeu et attendez l’appel du vendeur de fruits dans la rue
« aguacateeee maduro, mango, aguacaaaate » et achetez les pour 3 sous vos fenêtres.

Il fait trop chaud pour sortir de toute façon, restez au frais et plongez dans Jerico !
“Jericó, El Infinito Vuelo de los Dias” – un film de Catalina Mesa sortie en salle en juin 2018, meilleur documentaire et Prix du public Cinelatino. Catalina Mesa nous plonge ici dans Jericó, un petit village colombien au nord-ouest du pays. La réalisatrice y a filmé douze facettes de l’esprit féminin, douze vies drôles et tristes à la fois. C’est un hommage, familial d’abord, à une grand-tante restée au village tandis que toute la famille migrait vers la ville, et au-delà à une génération débordante de vie et d’histoires. Toutes sont accueillantes et ouvertes à un dialogue sans tabou, dès lors qu’il se déroule dans un lieu caché aux regards extérieurs, dans leur maison où cette parole, qui n’est pas souvent écoutée, peut enfin s’épancher. Certaines peuvent être très dures, car le village a été frappé, comme beaucoup d’autres en Colombie, par le conflit militaire. Des maris, des fils, ont été tués ou enlevés et les épouses ont dû continuer seules. En dépit de ce contexte tragique, portes et fenêtres restent ouvertes et l’humour est souvent présent dans les entretiens, comme le sont la musique, la poésie, les couleurs et le soleil. Si l’énonciation et la préservation de la mémoire collective sont un des axes forts du film, la beauté, la vivacité et le naturel des personnages en font tout le sel.

Ce soir ce sera “Sancocho“, une soupe colombienne traditionnelle.
D’habitude cuisinée avec de la volaille, elle est ici préparée avec du poisson.
Nous sommes heureux de partager avec vous la recette du
Chef Dominique Oudin de l’hôtel Santa Clara à Catagena. 

CLIQUER ICI POUR DECOUVRIR TOUS LES SECRETS DE CE PLAT.

Vous aimerez aussi…

Mon cocoon flottant

Mon cocoon flottant

Chers voyageurs, oui oui voyageurs! Parce que vous êtes nombreux à conserver votre âme...

Fenêtre sur Noël

Fenêtre sur Noël

De New-York à Sydney en passant par Londres, Rio, Vienne, jusqu’en Scandinavie, nos travel...

Share This